Résurgences du fascisme en France

Publié le par Pavillon Noir

[INFO]

"Comme tous les mercredis, les militants de RESF avaient rendez-vous place de la préfecture à Agen pour se mobiliser contre l'expulsion d'une famille arménienne. Nous nous sommes greffés comme d'habitude à ce rassemblement. Durant l'occupation des jardins de la préfecture, de l'autre coté des grilles, des sifflets et des insultes fusent. Un groupe d'une dizaine de néo-nazis c'était regroupés afin de faire entendre, eux aussi leur voix.

Des slogans anti-racistes sont alors chantés et les skinheads s'éloignent, bras tendus.
Lorsque les forces de l'ordre nous ont sorti manu-militari de l'enceinte de la préfecture, le comité d'accueil des crânes rasés était toujours aussi présent. Comme il était prévu, nous nous sommes rendus sur la place où un pique-nique devait avoir lieu, suivi de prés par les néo-nazes. Excédés par les propos tenus par ces derniers, la tension est montée chez nos militants, mais la police a vite calmé le jeu. Bien décidé à ne rien lâcher, le groupe de fafs s'est divisé. Certains ont suivi le rassemblement pour s'assoir à 2 mètres de celui-ci. Une fois la BAC partie, ils n'ont pas hésité à passer à l'action au milieu des dizaines d'enfants et personnes âgées. Deux camarades ont alors été blessés dans la bagarre. Des militants syndicaux et politiques se sont vite interposés entre les deux groupes et la police a été rappelée. Le groupe de skinheads est alors parti, bien décidé à en découdre très bientôt. "On vous retrouve, on vous plante, on vous crève, on vous enterre".

Depuis quelques semaines maintenant, les tensions sont de plus en plus vives entre groupe d'extrême gauche et d'extrême droite. Nous nous battons depuis des années pour qu'ils cessent de régner en maitre sur notre ville. Nous appelons dés aujourd'hui toutes les centrales syndicales et politiques à se mobiliser face a l'extrême droite, pour apporter
une riposte sociale antifasciste dés aujourd'hui.

Ce n'est malheureusement que le début d'une histoire dont personne ne connait la fin qui se joue actuellement à Agen, mais nos militants ne laisserons pas le terrain.
"

Communiqué de l'Alliance Antifasciste Agenaise et du NPA jeune 47 et Alternative Libertaire.

Agen le 26 mai.

ni patrie ni fronitère

Rassemblement de Jeune Bretagne à Landivisiau : face à face tendu
Politique - Samedi 01 mai 2010

À Landivisiau, la manifestation de l’association Jeune Bretagne, un groupuscule du Bloc identitaire (mouvement d’extrême-droite) a tourné court. À 13 h 15, avant même d’avoir pu descendre du car, les manifestants ont été bloqués par une contre-manifestation regroupant essentiellement des militants d’extrême-gauche et des anarchistes. Jets de pierre contre feux de Bengale, l’échange a été bref. Mais n’a pas fait de blessé.

Les deux groupes, rassemblant chacun une centaine de personnes, se sont ensuite fait face pendant près de deux heures. Séparés par un cordon de gendarmerie d’une cinquantaine d’hommes. A 14 h 40, la prise de parole d’un des leaders du mouvement d’extrême-droite a entraîné de nouveaux jets de bouteilles, sans faire de victime. La gendarmerie a alors fait reculer les contre-manifestants provoquant quelques remous dans le cortège. Un jeune a été interpellé.

À 15 h, après un rapide discours, les manifestants d’extrême-droite sont repartis, sans avoir pu défiler. Ce soir, ils organisent une soirée dans leur propriété, à Guerlesquin.

Source : Ouest France

 

antifa.sized.gif

Gesticulations fascistes dans le quartier Latin

Récemment, l’Action Antifasciste se faisait l’écho de la résurgence du GUD (Groupe Union Défense). Le syndicat étudiant d’extrême droite n’aura pas tardé à faire parler de lui… à la rubrique « faits divers ».


En effet, le jeudi 8 avril dernier, les militants du GUD décident, comme la semaine passée, d’aller diffuser leurs tracts sur la fac de Paris 1 (Panthéon Sorbonne). Aux alentours de 17h, ils débarquent armés, tracts sous le bras. Face aux provocations, des échauffourées éclatent rapidement devant la faculté et une dizaine de personnes sont interpellées (dont 4 fascistes). Après trois jours de garde à vue, l’ensemble des interpellés est relâché avec une convocation à comparaitre pour port d’arme ou violences. L’hypothétique projet emmené par les jeunes fascistes parisiens sommeille depuis plusieurs mois et a visiblement du mal à éclore. Ne s’étant pas présenté aux récentes élections du CROUS, ils n’ont que peu d’occasions d’apparaître publiquement, hormis au travers de leurs quelques tags et de leurs rares tractages (le dernier se soldant donc par des affrontement avant même d’avoir pu distribuer le moindre tract). Mais qui se cache derrière cette initiative qui fait réapparaitre le fantôme d’un groupuscule qu’on pensait définitivement disparu ? [lire la suite]



paf le faf


Agression fasciste contre trois militants de la CNT Lyon

Samedi 6 mars 2010 vers 23H50, 3 militants de la CNT Education 69 ont été violemment agressés place Saint Jean dans le 5e arrondissement de Lyon, alors qu’ils sortaient d’un restaurant.

Une douzaine d’individus se sont abattus sur eux, par derrière et par surprise, les jetant à terre et les frappant à coup de pieds, de poings mais aussi de nerfs de bœuf, de ceintures cloutées ou encore de bouteilles en verre en criant « Lyon est fasciste » et en proférant des « Sieg Heil » accompagnés du salut nazi. Incontestablement, les 3 CNTistes agressés l’ont été pour leur engagement syndicaliste et libertaire connu. L’un d’entre eux a dû être transporté aux urgences où ont été constatées diverses blessures témoignant des violences subies : un pouce cassé, de nombreux coups au visage et sur le crâne, entraînant la réalisation de 12 points de suture.

Cette agression fasciste s’inscrit dans un contexte déjà bien lourd (action de harcèlement auprès des bibliothèques du 4e et du 8e, attaque d’un rassemblement contre la tenue du débat sur l’identité nationale, encerclement et intimidation de militant-e-s reconnus sur les pentes de la Croix-Rousse, etc. ). Dans le climat social actuel, ces individus et groupuscules d’extrême-droite ont tenté, en agressant ainsi nos camarades, d’imposer une nouvelle étape dans l’escalade de la violence. Une réaction de l’ensemble des forces sociales, syndicales et politiques qui ne veulent pas voir l’extrême-droite semer la terreur dans nos rues semble dès lors de plus en plus urgente.

La CNT rappelle, qu’elle et ses militant-e-s, ne renonceront pas pour autant aux objectifs d’émancipation et de justice sociales qui sont les leurs. Elle poursuivra son action aux côtés de toutes celles et tous ceux qui luttent contre le retour de « la bête immonde » et au delà pour un autre futur.

No Pasaran !

Syndicats CNTdu Rhône 44, rue Burdeau, 69001 Lyon Tél : 04 78 27 05 80 ud69(arobase)cnt-f.org http://www.cnt69.org

 

 

flag

 

 

AGRESSION D'UN MILITANT : LE FASCISME NE PASSERA PAS !

Le 21 juin [2009], lors de la fête de la musique, un militant tourangeau bien connu, membre de la CGA et de la cause des sans papiers, a été violemment agressé en pleine rue par un groupe de militants d'extrême droite.
Cet événement illustre un retour en force de l'extrême droite radicale à Tours : le 18 avril dernier, un concert de rock néo nazi devant se tenir dans les environs avait été interdit ; dans le même temps, un groupuscule identitaire faisait son apparition sur Tours et organisait des conférences publiques sans trop soulever d'indignation. Aujourd'hui les fascistes prennent confiance en eux et s'attaquent physiquement aux militants.
Cette situation exige une réponse politique forte et unitaire. Il importe de ne pas laisser le fascisme se développer dans nos rues et de faire en sorte que chaque acteur du mouvement social soit en sécurité dans notre ville.
Nous appelons à un rassemblement pour dénoncer cette agression, afin de montrer aux fascistes notre unité et notre détermination à les empêcher de nuire.

RASSEMBLEMENT MERCREDI 1er JUILLET A 18H PLACE JEAN JAURES


Publié dans Paf le Faf

Commenter cet article