[La Rochelle] Ils déplorent la situation des mal logés et manifestent

Publié le par Pavillon Noir

Rassemblés hier matin devant la préfecture contre le «mal logement» .

 

340951 15972935 460x306

Une quarantaine de personnes devant la préfecture. Photo Dominique Jullian

 

Le 15 mars. Pour toute personne placée sous la menace d'une mesure d'expulsion de son logement, cette date marque chaque année le fin de la trêve hivernale. Et donc le risque du passage à l'acte. Une quarantaine de manifestants réunis durant une heure hier matin devant la préfecture de la Charente-Maritime, à La Rochelle, pointaient du doigt cette date, dans le cadre de la Journée nationale de mobilisation contre le «mal logement». Ils répondaient à l'appel à manifester que leur avait lancé conjointement le Droit au Logement (DAL), Le Tôi Kétatous, le NPA, et Vigilance citoyenne. «Contre les loyers chers, pour une politique massive de logements sociaux et vigilants sur LOPSI 2 cette «loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure» qui subsitue l'autorité adminisatrive à l'autorité judiciaire et permet à un préfet de faire procéder à l'expulsion d'occupants de logements précaires ou d'habitats légers, sans passer par une décision de justice», sont les thèmes qui inspirent leurs aspirations à des jours meilleurs.

 

Un problème «sous-estimé»

 

«La problématique du logement est plus importante que veulent bien le dire les statistiques officielles», exprime un représentant du DAL, lequel déplore n'avoir pu obtenir officiellement de données chiffrées sur la situation en Charente-Maritime, mais estime être en mesure d'apporter un éclairage d'ici un mois. Il recoupera des sources di verses, «informations de certains services sociaux, nombre d'interventions des huissiers, recours à la force publique pour des expulsions.»

 

Outre des considérations générales sur le sort des mal logés, la manifestation avait aussi pour objectif de mettre en exergue la situation que vivent en pays rochefortais les époux Baudrit. À Champagne, où ils résident, des années de procédure liés à un conflit de voisinage ont endetté cette famille soutenue notamment par le DAL. Une sombre histoire de droit de passage a forgé les conditions d'un contentieux né, selon eux, d'une erreur de numéro de parcelle. Un notaire l'aurait commise.

 

La justice a saisi leur logement. La maison doit être vendue aux enchères, pour éponger les dettes. La famille a fait appel du jugement. Le DAL est mobilisé, et déjà, fin février, alors que d'éventuels acquéreurs se présentaient à Champagne, le désespoir était à son comble (lire notre édition du 1er mars). Un appel a été lancé, invitant à soutenir cette famille, mardi 15 mars à 9 heures, au tribunal d'instance de La Rochelle. La vente y est programmée.

 

Leur presse (SudOuest.fr) - 13/03/2011

Publié dans La Rue Grogne

Commenter cet article